Menez Gu
Le réveil de la femme sauvage
Nous éprouvons toutes un ardent désir, une nostalgie de sauvage. Dans notre cadre culturel, il existe peu d'antidotes autorisés à cette brûlante aspiration. On nous a appris à en avoir honte. Nous avons laissé pousser nos cheveux et nous en sommes servies pour dissimuler nos sentiments, mais l'ombre de la Femme Sauvage se profile toujours derrière nous, au long de nos jours et de nos nuits. Où que nous soyons, indéniablement, l'ombre qui trotte derrière nous marche à quatre pattes. - Femmes qui courent avec les loups - Clarissa Pinkola Estes
Bretagne, Finistère, terre de légendes. 
​​​​​​​Cela faisait des années que je voulais faire un projet photo dans les Monts d'Arrée. Ce lieu où se mêlent les histoires de fées, lutins , korrigans, druides et chamanes. Ici, les montagnes sont nues et les arbres morts. Un paysage mystérieux qui favorise la pérennité des contes et légendes aux «portes de l’enfer».
Je retrouve Tiska dans ces lieux magiques pour y raconter quelques histoires. Le ciel lourd et la pluie torrentielle ne nous arrêtent pas. Ils vont d’ailleurs contribuer l'ambiance de nos images.
Nous choisissons l'un des points culminant à 260m au milieu du bassin de Châteaulin. Pendant l’ascension de ce mont, nous découvrons un sous bois magnifique qui sera parfait pour les premières mises en scène.
Nous sommes déjà trempés jusqu'aux os après les préparatifs. La pluie donne un aspect irréel à l'endroit. Nous en profitons au maximum. Tiska prend place entre les arbres et nous commençons notre shooting. Dans cette première scène je simule un soleil à l'aide d'un flash cobra placé dans le fond. Un autre flash placé à gauche fait office de lumière principale.
Rapidement nous tombons sous le charme d'un arbre planté là, seul au milieu du chemin. Ni une ni deux, Tiska grimpe là-haut. Après quelques essais de poses, nous garderons celle-ci. Côté lumière, nous retrouvons encore un flash orange à l'arrière droit et la lumière principale sur la gauche.
Nous gravissons enfin notre mont rocheux. Le spectacle est saisissant. Le vent nous fouette le visage, les nuages sont menaçant. 
Dans ce genre de lieu magnifique, la difficulté est de définir un cadre. Il y en a partout. Tellement de possibilités se présentent que nous ne savons pas laquelle choisir. Finalement Tiska prend place sur un petit dolmen pour commencer ses incantations chamaniques . Cela créer une sorte de promontoire, parfait pour y jouer avec les éléments qui se déchaînent pour notre plus grand bonheur ! 
Sans l'aide de Even Alain, assistant lumière, rien ne serait possible. Le vent est tellement fort qu'il avait du mal à maintenir le pied de flash en position. Mais ce vent avec les postures et expressions de la modèle donnent un dynamisme incroyable aux images. 
Pour clôturer cette journée avec un portrait, nous voulions une ambiance chaleureuse, simulant un couché de soleil. Le flash orange placé derrière donne cette effet (avec un flare typique).  Le vent vient nous donner un coup de main pour ajouter de la dynamique à ce portrait.
Back to Top